Payard éteint ses fourneaux

Qui a dit que les loyers avaient baissé à Manhattan ? Sûrement pas le propriétaire des murs de Payard, qui a voulu doubler le prix du loyer actuel. L’affaire s’est finie au tribunal et le propriétaire a gagné, explique Romain Arnaud, directeur de service de Payard et de l’activité traiteur. “Malheureusement, Payard est forcé de fermer du fait d’une augmentation insoutenable du loyer demandée par le propriétaire”, dit le communiqué. Alexandra Payard, la femme du chef, continuera à diriger l’activité traiteur sous la bannière Tastings et employera quelques employés de la pâtisserie et du bistro, précise le communiqué.

« C’est très dur, on est très attristé. On a reçu énormément d’appels”, dit Romain Arnaud. « Entre le bistro, la pâtisserie et l’activité de gros, il y avait une centaine d’employés », explique-t-il. « Quand l’équipe du soir de la cuisine et de la pâtisserie terminait le service, c’était l’équipe de la boulangerie qui prenait le relais. »

Le “Ponzi/landlord scheme” qui pousse les restaurants français à la fermeture du fait d’une augmentation de loyer semble très familier. Florent, un restaurant dans le Meatpacking district a fermé en grande pompe il y a un an. Avec la crise, l’hécatombe continue et on a assisté ce mois-ci à une nouvelle série de fermetures dont le Père Pinard et Jarnac. La Goulue a pour sa part bénéficié d’un sursis jusqu’à la fin de l’été

Originaire de Nice, François Payard a roulé sa bosse (et ses pâtes brisées) à La Tour d’Argent et Lucas Carton où il était chef pâtissier avant de venir s’installer à New York en 1990. Depuis, il a ouvert des pâtisseries au Caesar Palace à Las Vegas, au Japon et en Corée. Le chef, qui n’a pas souhaité faire de commentaire, serait à la recherche d’un nouvel emplacement.