POMA: des Alpes à l’aéroport de Miami

L’entreprise iséroise POMA poursuit sa conquête américaine. Célèbre pour ses téléphériques, elle sera chargée d’installer le futur “MiniMetro” de l’aéroport international de Miami. Ce train court, tracté par câble sur coussins d’air, fera la navette entre le Terminal E et le satellite E et doit transporter “plus de 30 millions de passagers par an“, selon la société française.

«C’est l’aboutissement d’un travail commencé il y a quelques années, explique le vice-président du directoire de POMA Jean-Paul Huard. On est content car l’aéroport de Miami est une plateforme importante pour l’Amérique latine et les Caraïbes, mais aussi parce que la technologie par câble s’est imposée. Grâce au câble, on peut contrôler avec précision la vitesse et la sécurité de l’appareil, quelque soient les conditions climatiques.»

C’est une victoire américaine de plus pour l’entreprise fondée en 1936 par Jean Pomagalski, à L’Éclose, près de l’Alpe d’Huez. Spécialisée d’abord dans les équipements de sports d’hiver, elle s’est tournée vers les transports urbains, multipliant les contrats en France et à l’étranger. Ses MiniMetros, capables de transporter plusieurs milliers de passagers par heure équipent les aéroports de Detroit, de Minneapolis, de Zurich et même du Caire.

Les New-Yorkais doivent également à POMA, l’installation du téléphérique de 960 mètres qui relie Manhattan à Roosevelt Island. Aujourd’hui, la société, dont le chiffre d’affaire s’élève à 230 millions d’euros, revendique la moitié du transport mondial par câble (ascenseurs, téléphériques, trams…).

Le contrat décroché à Miami pèse quelque 76 millions de dollars et comprend l’installation de deux appareils. La mise en service de la première ligne de MiniMetro est prévue début 2016 et l’exploitation totale commencera en 2017, avec l’installation de la seconde ligne.