Pour Corsair, la sortie de crise passe par Miami

L’Amérique continentale n’est pas le terrain de jeu privilégié de Corsair, qui se concentre d’ordinaire sur les Départements d’Outre Mer français (Antilles, Réunion…). Mais après Montreal depuis 4 ans, la compagnie s’apprête à lancer le 11 juin un Orly-Miami. “Une question d’opportunités”, explique Olivier Besnard, le directeur commercial de Corsair, de passage cette semaine à Miami pour préparer le lancement. “Il y a 500 000 passagers sur la ligne, et puis surtout, il y a beaucoup moins de concurrence que sur d’autres destinations comme New York”. Secouée par la crise, aggravée dans son cas par les troubles en Martinique l’hiver dernier, Corsair perd de l’argent depuis 3 ans. Le vol de Miami est un des éléments d’une stratégie visant à sortir de la crise.

Corsair met en place deux vols par semaine (départ de Miami vers 22h30 les lundi et vendredi; départ d’Orly à 16h les mêmes jours) jusqu’à fin septembre. “Mais ce n’est pas vol saisonnier, nous voulons mettre en place ce vol de manière permanente.” Des contraintes liées à la mintenance obligatoire de l’appareil, qui doit être immobilisé deux mois entre septembre et novembre obligent donc la compagnie à suspendre la desserte pendant cette période mais, assure Olivier Besnard, “dès décembre le vol Miami-Paris va rouvrir. Nous sommes là pour durer!”

L’avion, un Boeing 747, emportera 580 passagers (dont 22 en classe “Grand Large”, avec siège business “ancienne génération”). Une densité de sièges qui, explique le directeur commercial “nous permet d’offrir des prix inférieurs à la concurrence”. Le prix d’appel est fixé à $843. La majorité des places de juin sont à ce tarif, les prix grimpant en juillet et août aux alentours de 1300 à 1400 dollars.  “Mais dans tous les cas, nous nous situons entre 2 et 300 dollars en-dessous des prix des autres vols” assure Olivier Besnard. Une rapide vérification sur Expedia montre que la différence de prix est même supérieure avec les deux autres compagnies assurant des vols directs, American Airlines et Air France. Un départ le 25 juin pour retour le 23 juillet par exemple s’affiche ainsi à 1059 dollars contre $1479 sur American et $1800 sur Air France.

La clientèle visée est majoritairement française, mais Corsair espère vendre 25 % de ses places en Floride et aux Etats-Unis, notamment aux Français vivant ici.Ils sont 40000 en Floride, une communauté qui se développe, note Olivier Besnard et une des raisons pour laquelle nous avons décidé d’ouvrir cette ligne”.