Pour l’Ambassadeur, les amis de la France vieillissent

Et si les actuels amis américains de la France n’étaient pas assez stratégiques? François Delattre a évoqué cette crainte dans des termes peu diplomatiques pour un Ambassadeur de France aux Etats-Unis. Vendredi, il a exhorté les entrepreneurs français réunis à Miami dans le cadre du premier symposium mondial des CCE, à agir pour « renouveler la génération de ces Américains francophiles » qui soutiennent la France, appelant cet effort un « grand défi stratégique ».

« Nos amis d’il y a 25 ans ont 25 ans de plus aujourd’hui. Il faut établir cette relève si nous ne voulons pas qu’ils soient uniquement commissaires d’exposition ou directeurs de musée », a-t-il dit, jugeant que les Français manquaient de relais chez les décideurs américains, contrairement à d’autres communautés. Et d’appeler les participants à trouver de nouveaux appuis « dans le monde de la finance, de l’entreprise, de la recherche et de la politique » pour accroître la compétitivité de la France aux Etats-Unis.

François Delattre était invité pour s’exprimer sur le thème de  la diplomatie économique. Il a détaillé les actions de l’Ambassade visant à promouvoir les intérêts économiques français sur le sol américain. Parmi les exemples cités : l’implantation d’un campus de Dassault Systèmes dans la banlieue de Boston en 2010 ou encore la mise en place du Partner University Fund (PUF), un fond qui vise à favoriser la cooperation transatlantique dans la recherche et les sciences. Il a insisté sur la nécessité d’un lobbying français plus fort auprès des pouvoirs publics américains.

L’Ambassadeur a également évoqué les craintes américaines par rapport à l’avenir de l’euro. « C’est la première question » que lui posent les candidats à l’élection présidentielle américaine quand il les rencontre dans le cadre de ses fonctions, a-t-il précisé.