Pour une pré-scolarité en français abordable

Camille Assaf, maman d’un enfant de deux ans, regrette le manque d’options bilingues abordables pour la petite enfance à New York. Et elle le fait savoir. Vendredi, elle a fait parvenir aux candidats à l’élection des députés des Français de l’étranger pour l’Amérique du Nord une pétition les appelant à faire connaître « leurs propositions et solutions » pour résoudre ce qu’elle appelle un « problème majeur ».

« Nous vivons dans un contexte où il n’y a pas de structures publiques pour la petite enfance, encore moins pour les francophones, souligne Mme Assaf, une costumière qui réside à Brooklyn. Il est du devoir de nos représentants de formuler des propositions concrètes pour remédier à ce problème. »

Ces dernières années, l’offre destinée à la petite enfance s’est étoffée à New York. Au moins dix structures, essentiellement à Carroll Gardens (Brooklyn) et Manhattan, proposent un programme d’immersion partielle ou totale dans la langue française. Les droits de scolarité de ces « preschools » dépassent, dans certains cas, 20.000 dollars l’année. Un luxe que « beaucoup » de familles françaises (ou américaines souhaitant exposer leur enfant au français) ne peuvent s’offrir, souligne Camille Assaf.

Cette dernière suggère l’octroi de «subventions, d’aides, de bourses» pour soutenir les familles concernées, mais attend les propositions “précises et concrètes” des candidats. Elle affirme que sa pétition, la première à interpeller les aspirants au nouveau poste de député des Français de l’étranger pour l’Amérique du Nord dont l’élection aura lieu les 2 et 16 juin prochains, avait vendredi après-midi recueilli 66 signatures.

Lire la pétition ici