Quand la France fait peur à l’Europe

Mercredi dernier, la mise en garde officielle de la France par l’Union européenne n’a pas échappé aux journalistes américains. La Commission Européenne a épinglé la politique du gouvernement Sarkozy à propos des Roms, qui a déjà entrainé l’expulsion de 1000 personnes en Bulgarie et Roumanie, pays ayant rejoint l’UE en 2007. La France n’a en effet pas appliqué le droit européen et notamment la loi de 2004 sur la libre circulation des citoyens européens dans le cadre national, souligne le New York Times. Comme le précise le quotidien, il s’agit bien un signal visant dénoncer un comportement inacceptable au sein de l’Union. Mais avec cette procédure d’infraction, la Commission a surtout cherché à pacifier les “relations tendues entre Bruxelles et Paris”, notamment après les propos de Viviane Reding qui a assimilé la politique d’expulsion à celle de déportation de la Seconde Guerre Mondiale. Voice of America précise que l’Union Européenne, par manque de preuve, n’accuse pas la France de discrimination et choisit donc de ne pas la poursuivre en justice. Le Los Angeles Times s’est penché sur les répercussions de la politique française avec notamment la peur qu’elle a engendrée en Europe. Il livre plusieurs témoignages depuis la ville de Barulesti même où des roumains affirment préférer rester dans leur pays malgré la pauvreté plutôt que de subir la politique d’expulsion française.

Décidément Nicolas Sarkozy fait couler beaucoup d’encre. Cette fois, ses ambitions économiques notamment de coopération monétaire avec la Chine attirent l’attention. La France prenant la tête du G20 en Novembre, Sarkozy a affirmé sa volonté de “réformer le système monétaire international” et d’engager un “dialogue multilatéral sur la stabilité de la monnaie”, détaille Reuters. Le président français souhaiterait notamment convaincre la Chine de coordonner sa politique d’échanges. Le New York Times fait quant à lui allusion à la volonté de Nicolas Sarkozy de mettre en place une “nouvelle institution pour mieux coordonner les mouvements des monnaies principales”. Comme le précise le Wall Street Journal, ce “plan ambitieux” vise l’appréciation de la valeur de yuan par rapport aux monnaies des pays partenaires. Cette annonce a pu surprendre étant donné que la Chine cherche depuis plusieurs années à conserver sa monnaie à un taux bas. Nicolas Sarkozy a même été soupçonné d’avoir orchestré un arrangement secret au préalable. Si le Wall Street Journal assimile son initiative à un coup stratégique pour accroitre sa “popularité”, Reuteurs souligne qu’un tel “succès politique” pourrait l’avantager face à Dominique Strauss-Kahn en 2012.

Enfin, les médias américains ont accordé une place de choix à la Fashion Week parisienne qui se déroule du 28 septembre au 6 octobre. Le New York Times recense sur sa page dédiée à l’évènement les défilés de prêt-à-porter du moment. Dans un article, le quotidien analyse les défilés Céline et Haider Ackerman comme le signe d’une nouvelle conception de la femme du XXIe siècle. Finalement, c’est surtout le défilé Lanvin de vendredi dernier qui a attiré l’attention. Le San Francisco Chronicle et le blog du Los Angeles Times n’ont pas tari d’éloges à propos des robes imaginées par Alber Elbaz. Signe absolu de succès grand public, le directeur artistique de la marque s’apprête d’ailleurs à signer une mini-collection pour le géant suédois de la grande distribution H&M.