Quand l’Amérique était cool

Event Details

From Tuesday 18 February 2014

to Sunday 7 September 2014



« American Cool », jusqu’au 7 septembre

Smithsonian’s National Portrait Gallery, 8th and F Sts NW, Washington, DC 20001

Le 8 mars à 14h, visite organisée en présence de Joel Dinerstein et de Frank Goodyear

Quel est le point commun entre Lester Young, James Dean, Mohamed Ali,  ou encore Steve Jobs ? Toutes ces personnalités représentent l'”American cool”, selon Joel Dinerstein et Frank Goodyear.

Après cinq ans de débat sur les critères du « cool », ces spécialistes de la pop culture américaine ont sélectionné 100 icônes, dont les photographies sont exposées à la National Portrait Gallery de Washington.

Pour figurer dans la liste, chaque star devait apporter une « contribution artistique originale, représenter la rébellion d’une génération donnée, avoir un charisme reconnaissable et laisser un héritage », résume Frank Goodyear.

Le « cool » est né dans les années 1940, dans les boîtes de jazz américaines fréquentées par Lester Young  et Miles Davis. En cette période de ségrégation, être « cool » signifie garder son calme. « C’était une sorte de masque pour cacher ses émotions », explique Joel Dinerstein.

Jack Kerouac et la Beat Generation adoptent cet état d’esprit qui se diffuse ensuite  dans le monde entier avec la naissance du rock et des films noirs à Hollywood. Elvis Presley, Marlon Brando ou encore Lauren Bacall sont les idoles « cool » du moment.

Pour la génération des années 60-70, être « cool » est de plus en plus associé à la transgression, qu’il s’agisse de drogue, de sexe ou de politique. Bob Dylan, Malcolm X ou encore Patti Smith appartiennent à cette contreculture. « Etre cool ne signifie pas être un saint ou une figure héroïque, comme Martin Luther King, souligne Frank Goodyear. Il y a toujours un côté sombre. »

Mais le modèle du « rebelle » est devenu si populaire que la publicité et l’industrie du spectacle se le sont approprié. Dès les années 1980, certains ont crié à la mort du « cool ». Pourtant, selon Joel Dinerstein et Frank Goodyear, le concept a survécu à travers le grunge (Kurt Cobain), le skate (Tony Hawk) ou encore le hip hop (Tupac Shakur). La définition du « cool » est désormais bien plus large : avec le « bling bling », on peut représenter la transgression et afficher ses millions.

Event Details

From Tuesday 18 February 2014

to Sunday 7 September 2014



« American Cool », jusqu’au 7 septembre

Smithsonian’s National Portrait Gallery, 8th and F Sts NW, Washington, DC 20001

Le 8 mars à 14h, visite organisée en présence de Joel Dinerstein et de Frank Goodyear