Quand Sébastien Stella dompte Hollywood

Entre interviews et essayage pour la première de Water For Elephants à New York, Sébastien nous reçoit chez lui à Los Angeles, tout sourire. On y parle de projets de films, de spectacles, de reportages, de studios… et on comprend pourquoi ils se l’arrachent, après tout. Charmant, il nous invite à nous asseoir sur le patio dominé par l’agrès acrobatique que lui et sa femme Katia utilisent pour entraîner leurs artistes apprentis. L’actrice Reese Whiterspoon elle aussi, est venue s’entraîner, tout comme les chanteuses P!nk et Cher, dans ce petit jardin discret.

Les passions de Sébastien, ce sont la scène, le mouvement, et la création. Ancien compétiteur gymnaste, il découvre sa vocation il y a de cela vingt ans lorsque, sur les conseils d’un supérieur, il entame le programme de l’Ecole du Cirque du Club Med. Cette expérience lui ouvre les yeux et les portes d’un monde de spectacles et de magie. À Paris où il a grandi, Sébastien est partout: outre ses performances aperçues au Cirque d’Hiver et dans l’émission Le Plus Grand Cabaret du Monde, il travaille en tant que cascadeur pour la télé et le cinéma, et se forme à d’autres disciplines comme la danse, le mime, les arts martiaux, et le parkour. Il fréquente également pendant quelque temps les planches du Studio Pygmalion. Son premier grand succès artistique, c’est la comédie musicale Notre Dame de Paris en 1998, qui le propulse au bout de quatre mois au rang d’assistant chorégraphe et coordinateur acrobatique: peu à peu, Sébastien revêt sa casquette d’entraîneur. Cette nouvelle passion ne s’arrêtera pas là.

En 2000, Sébastien part pour les USA, et se joint à la troupe du Cirque du Soleil à Las Vegas; s’en suivent deux années de représentations pour le magnifique spectacle « O », à l’occasion duquel Sébastien rencontre son épouse Katia, artiste acrobate canadienne. En 2005, ils s’installent à Los Angeles:  Sébastien fréquente l’école hollywoodienne d’acting Stella Adler, et est sollicité par l’émission Celebrity Circus sur NBC pour monter un numéro acrobatique avec une de leurs célébrités. Ce numéro télévisé tape dans l’œil de la chanteuse pop internationale P!nk, qui organise alors une rencontre acrobatique avec Sébastien sur le trapèze de Santa Monica Pier : « Ca a commencé à 12 mètres du sol, sur un trapèze… », nous dit-t-il lorsqu’on évoque son lien d’amitié avec la chanteuse américaine.

Car P!nk décide de prendre Sébastien, non seulement en tant que son entraîneur et chorégraphe personnel, mais aussi en tant que directeur-partenaire acrobatique durant toute la durée de sa tournée FunHouse tour. En un an, le Français enchaîne les pirouettes avec la rockeuse sur les plus grandes scènes internationales, sur un agrès qu’il a lui même conçu, devant plus de 20 000 spectateurs émerveillés à chaque représentation. Quelques 160 shows plus tard, Sébastien rentre à Los Angeles et reçoit l’appel d’un ami, ‘consultant de cirque’ pour le cinéaste Francis Lawrence.

«Il cherchait des artistes de cirque pour son nouveau film [Water For Elephants NDLR]; des gens créatifs qui font quelque chose de particulier. Il nous avaient sélectionné sans qu’on le sache, il avait vu des photos de moi et Katia, sur des shows que nous avions créés. Au départ, il voulait nous voir pour ça, puis Francis a appris que j’étais chorégraphe » nous raconte Seb avec engouement, «quand Francis Lawrence te regarde droit dans les yeux et te demande de travailler avec lui…t’y vas !» Et Sébastien est un fonceur, qui prend tous les défis que lui offre ce nouveau projet, y compris celui de travailler avec des animaux (un chien, des chevaux, et un éléphant de 9 tonnes appelé Tai) et une bête de scène souvent qualifiée d’indomptable : Reese Witherspoon.

En trois mois de préparation intensive, Sébastien forme la star hollywoodienne à l’art du cirque. «Ma spécialité, c’est de trouver le truc qui fonctionne, la solution face aux obstacles», nous explique-y-il. «J’aime créer un monde de fantaisie autour du mouvement». Le chorégraphe a donc également fait ses recherches, pour adapter ses directives et son entraînement de cirque à l’univers de la grande dépression des années 30, et créer une magie qui captive un public de 2011. Et puisque « [s]a plus grand fierté, c’est la réaction des gens, voir leurs émotions et leur ressenti », attendez-vous à être émus.

Crédit photo: Bjoern Kommerell

Lien vers le site Internet du film: Water For Elephants

Liens vers les sites Internet de Sébastien et Katia: Stellart Inc./ Seb&Katia