Roy Teeluck, la fierté de l’artisan-coiffeur

Le salon est situé à l’étage, avec d’immenses baies vitrées donnant sur la 57ème rue, entre Park et Madison. Bienvenue chez Roy Teeluck un salon cosy où l’on se fait coiffer et manucurer en musique, un verre à la main.

Depuis le mythe de Samson, tout le monde connait l’importance de la chevelure chez les humains. Roy, un grand sourire aux lèvres confirme: “Les cheveux, c’est le seul accessoire que nous portons tous les jours. C’est la force de la première impression, la personnalité, la confiance, la perception de soi… Pour les clientes qui viennent nous voir la première chose que l’on fait, c’est d’être à leur écoute et de les satisfaire”.

Né en Angleterre, Roy est venu à la coiffure un peu par hasard. Sans vraiment d’ambition, ‘just pay the bills’ comme disent tous les anglo-saxons. Le jeune homme a du talent, se fait vite repérer et se retrouve en France. Marié à une française, Roy porte un regard clair sur la France, pays souvent décrit comme la Mecque de la coiffure: ‘Les écoles ne sont pas meilleures qu’ailleurs et d’ailleurs, personne ne donne des lecons de talent, seulement de la technique. Et c’est là que les francais excellent car ils apprennent que ce metier demande une rigueur extrême. Pour ma part, j’ai été formé comme un artisan puis j’ai developpé le côté artistique.’

Apres Londres et Paris, Roy fait le grand saut et s’installe aux USA. “Venir ici sans s’adapter, c’est la mort. Il faut construire un univers en même temps que se bâtir une clientèle. C’est le secret. J’ai mis sept ans à construire mon équipe et je ne me considère pas comme le point central du salon, plutôt comme un parapluie. Quand il pleut on partage le parapluie, les gens qui viennent ici ne désirent pas forcément etre coiffés par Roy. Non, ils viennent au salon car je privilégie l’esprit d’équipe, une vision commune de notre métier”.

Une équipe de professionnels
Pour constituer son ‘team’ Roy emploie la même technique: “Je vois toutes les personnes qui désirent me rencontrer. Je suis toujours intéressé par ceux qui partagent la même passion que moi, dans l’industrie de la beauté, que je pratique depuis 25 ans”. Roy en a vu des apprentis, des artistes… Mais le jeu en vaut la chandelle car la patience et la persévérance a fait qu’il a maintenant une equipe de professionnels qui travaillent dans le même état d’esprit, où la cliente est prioritaire, en delivrant un service de qualité, dans une ambiance amicale
Un nouveau salon à Miami

Roy rentre de Los Angeles où il a coiffé de nombreuses stars que l’on a vu sur le tapis rouge des Oscars. Lesquelles? Des noms? Au moins une? Il reste discret. ‘Je ne parle jamais des gens que je coiffe, jamais de mes relations avec le monde de la mode, du cinema ni des personnes du milieu politique américain… Parfois, je lis des articles sur des so-called stars de ma profession qui me font bondir. On oublie encore qu’un coiffeur, même connu, est une personne qui manie le peigne et les ciseaux. Je ne me vante pas, je ne vends pas le salon en citant des noms de clients, les connus comme les inconnus. La seule manière de réussir, c’est le travail’.

Dernier point: le prix des coupes. “Je pense que les gens, même argentés, ne veulent plus dépenser des centaines de dollars pour une coupe de cheveux. Cette époque est révolue. Depuis que j’ai ouvert New York, j’ai toujours voulu que les clients trouvent une grande qualité sans se ruiner. J’aurai pu, peut-être, gagner plus d’argent mais je préfère durer. Je vais appliquer la même politique à Miami où j’ai decidé de construire un deuxième salon après avoir été convaincu par des relations de travail de venir en Floride”.

————————————–

Avertissement: Cet article est une publicité financée par l’annonceur. Il ne saurait engager French Morning ni impliquer un quelconque soutien de la rédaction de French Morning aux produits ou services présentés.