Sarkozy au plus bas, Obama Piraté, Pierre Boulez encensé

A l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy aux Etats-Unis, la presse américaine fait le point sur ses relations avec le Président Obama. Cette visite, qui tombe d’ailleurs à pic selon le New York Times après « la défaite cuisante » des régionales, permettra de confirmer que le Président français est toujours le bienvenu sur le sol américain. Le quotidien rappelle que « dans une interview donnée la semaine dernière au Herald Tribune, le conseiller américain à la sécurité nationale, James L. Jones Jr., a qualifié “M. Sarkozy d’ allié très utile et un indéfectible” au sujet de l’Iran. (…) M. Obama aurait apprécié l’échange “honnête de points de vues” sur la question»

Quant à la relation amicale qu’entretiendraient les deux hommes en dehors de la scène politique, le NY Times précise que celle-ci semble être très chère aux yeux des Français. Pour le gouvernement, cette visite est «le témoignage d’une amitié particulièrement étroite. » Il y a quelques année pourtant, les relations franco-américaines n’étaient pas aussi bonnes, comme le rappelle Voice Of America : « La visite du président Nicolas Sarkozy aux Etats-Unis sera suivie de près à Paris. Les relations avec Obama sont un sujet très populaire en France et sont considérablement plus chaleureuses que quelques années plus tôt. »

En revanche, les relations entre Nicolas Sarkozy et les Français sont, elles, moins chaleureuses… Alors que sa cote de popularité est au plus bas et qu’il vient de subir une lourde défaite électorale, le gouvernement français a également annoncé le report de la taxe carbone, qui était pourtant « la pierre angulaire de la politique environnementale du président Nicolas Sarkozy » selon le New York Times. Saluée par les écologistes mais considérée comme un véritable handicap concurrentiel par les entreprises françaises, l’abandon de ce projet est la preuve que le gouvernement français « sait faire preuve de bon sens » selon le Wall Street Journal. De son côté, Time commente avec ironie cet échec : « Le projet sur la taxe carbone a été annoncé comme un acte fondamental de la République française – une mesure à classer à côté de la décolonisation, l’élection du président au suffrage universel, l’abolition de la peine de mort et la légalisation de l’avortement. Pourtant, à peine sept mois après avoir fait ces comparaisons nobles, Sarkozy a décidé, cette semaine, d’enterrer sa taxe sur les émissions de carbone conçue pour contribuer au ralentissement du réchauffement climatique.» Pour l’hebdomadaire américain, les résultats des régionales vont certainement amener de nombreuses difficultés pour le président, son leadership ayant été remis en cause.

Le Los Angeles Times consacre un article au chef d’orchestre français Pierre Boulez, « le maestro à l’oreille redoutable ». A 85 ans, celui qui « possède toujours un pas d’avance sur la manière de penser la musique » a toujours voulu améliorer le contact entre les musiciens et le public, notamment durant les représentations. A Paris, une salle de concert est en construction, dans lequel l’acoustique non-traditionnelle devrait favoriser ce rapprochement. « Boulez, qui estime que la salle sera ouverte en 2014, selon le LA Times, devra affronter une communauté musicale parisienne qui s’oppose à tout ce qui n’est pas traditionnel ou dans le centre de la ville. » Cette même communauté s’opposait à la Cité de la Musique il y a 15 ans : « La Cité de la Musique a ouvert en 1995 à La Villette, à la périphérie de Paris, et ses opposants disaient que personne ne viendrait. Ils sont venus. Ce lieu est rapidement devenu l’un des plus animés de Paris. La nouvelle salle et la Cité seront voisines. »

Enfin, le New York Daily News rapporte cette semaine qu’un Français de 25 ans a été arrêté pour avoir piraté le compte Twitter du président Obama. Il avait également volé le mot de passe du compte de Britney Spears, ainsi que d’autres célébrités. Le jeune homme, qui se fait appeller « Hackercroll », « semblait particulièrement intéressé par la vie privée des célébrités ». Selon le journal, le FBI et la police française travaillaient ensemble depuis plusieurs mois sur cette affaire.