Sarkozy et les spéculateurs

La croisade de Nicolas Sarkozy contre les spéculateurs de matières premières attire l’attention du Wall Street Journal, qui s’attarde sur le plan défendu par le gouvernement français avant le G20 pour tenter de contrôler les prix des denrées alimentaires. Les accents populistes du président français qui s’attaque “à cette mafia” que seraient les speculateurs n’échappent pas non plus au Journal. Les éditorialistes de la bible des banquiers ne se sont pas -encore- emparés de l’affaire, mais les lecteurs s’empressent, pour la plupart, de critiquer cette drôle d’idée française selon laquelle plus de régulation ferait baisser les prix…

Le pessimisme à l’égard de l’euro continue d’occuper les pages des journaux économiques. Forbes explique  pourquoi le plan Sarkozy-Merkel va échouer… . Jeffrey Sica, investisseur et éditorialiste sur Forbes.com prédit l’effondrement de l’Union Européenne et se lamente de voir Angela Merkel abandonner sa position de fermeté pour se rallier à un plan de sauvetage de la Grèce qui, pense-t-il, n’apportera rien de bon. Sur les raisons de ce revirement d’Angela Merkel, le New York Times n’a aucun doute: c’est Nicolas Sarkozy qui l’a fait changer d’avis.

L’affaire Strauss-Kahn ne fait plus la une aux Etats-Unis, mais le New York Times s’intéresse à un autre couple influent au coeur de la tempête: celui que forment Marc Agnifilio et son épouse Karen Friedman Agnifilo. Le premier est un des avocats de DSK (il est associé de Ben Brafman). La seconde est un des procureurs les plus expérimentés du bureau du “District Attorney” qui poursuit l’ancien chef du FMI. Elle aurait dû superviser le cas mais, son mari étant impliqué, elle s’est désistée. “Pas question, dit la porte-parole du procureur citée par le New York Times, de laisser subsister même l’apparence du conflit d’intérêt”.

Dans la série: les médias observent les médias qui observent les médias, les réactions françaises à l’affaire Anthony Weiner ont attiré l’attention des journalistes américains. CNN assure que l’affaire DSK ‘n’a rien changé’ en France. La démission du Représentant coupable d’avoir envoyé des photos de lui en sous-vêtement à des inconnues suscite, dit le site de la chaîne d’info, “l’habituelle dérision gauloise”. Que viol et envoi de photos licencieuses soient deux choses différentes n’a visiblement pas effleuré le commentateur…