Sarkozy ou la politique des bombardements

Qui de Nicolas Sarkozy ou BHL fut l’acteur primordial en Libye? The Saturday Profile du New York Times était une nouvelle fois consacré à un Français, cette fois Bernard Henry Lévy, philosophe « autant envié et apprécié par les français que moqué et détesté » et qui intrigue toujours la presse américaine. La semaine dernière, le NYT s’interrogeait sur le rôle de BHL. Cette fois, le quotidien new-yorkais a tranché: oui, dit le correspondant à Paris, l’intervention du philosophe pour l’engagement de la France, du Royaume-Uni et des USA a été décisive. Le portrait explique également que BHL, dont l’apparence est selon le NYT « une marque déposée », est  un homme habitué aux campagnes passionnées pour les causes publiques, évoquant ses actions contre le génocide au Rwanda et en Bosnie entre autres.

Newsweek, préfère insister sur le “coup de main” de BHL à Sarkozy. Le président français souhaitait dès le départ prendre la tête de la coalition contre Kadhafi, assure la magazine. Objectif du guerre: remonter dans les sondages en vue des élections présidentielles de 2012, « avec aucun support à gauche et un concurrent potentiel, Marine Lepen, à l’extrême droite ».  Et cela semble marcher selon Newsweek, car les deux tiers des Français approuvent son action en Libye, tout comme la classe politique en générale. Sauf qu’il y a un hic: les sondages ne décollent pas. Les bombes n’y font rien, résume Newsweek, citant un journaliste français: «les Français ne l’aiment pas».

Le Boston Globe ainsi que Forbes s’intéressent au débat sur l’Islam lancé par l’UMP et fortement critiqué par les représentants des principales religions de France. Tout deux racontent que  les représentants des Français catholiques, protestants, orthodoxes, juifs, musulmans et bouddhistes  ont déclaré vendredi dernier que « le débat pourrait amener davantage de confusion de la période trouble que nous traversons ». Forbes souligne les divisions de l’UMP qui est avant tout, rapporte le Boston Globe, le “bébé” de  Jean-François Copé.

Plus intéressant, The Christian Science Monitor dédie un article long et explicatif concernant  la situation en France tout en rappelant les premières pierres ayant conduit à ce débat, comme le thème de l’identité national lancé par Nicolas Sarkozy en 2009. Le journal explique entre autres la division de l’UMP face à ce débat, rappelant que le Premier Ministre François Fillon n’y participera pas, et expliquant que Jean-François Copé est quant à lui très présent. Le journal y voit aussi et surtout comme raison principale la montée de popularité de Marine Le Pen, qui semble intriguer les journaux américains.

Marianne fait débat … Le Los Angeles Times rapporte une « news » de Neuville-en-Ferrain: le maire de la ville proche de Lille à enlevé une sculpture de Marianne à cause de sa taille de poitrine trop imposante et ayant choqué plusieurs personnes de son administration. Le journal s’amuse de cette nouvelle en citant l’artiste qui souhaitait « symboliser la générosité de la République». L’occasion pour le Los Angeles Times de rappeler l’histoire et la symbolique de Marianne, dont la poitrine est, selon le journal, surtout liée à la maternité et l’abondance…