Sarkozy, ses amours, ses contradictions

Time Magazine titre «Sarkozy’s ‘Sarkotic’ Tendencies» et se demande si Sarkozy, en se permettant de parler de tout et de rien, n’aurait pas pris la fâcheuse habitude de se contredire. Ces deux dernières semaines, plusieurs déclarations se sont avérées totalement contradictoires et les Américains commencent à croirent qu’il est un poil “Sarkotic”.

Le magazine revient sur les propos tenus par le président français lors de sa dernière conférence de presse et va jusqu’à parler de «dédoublement de la personnalité». La religion semble être son nouveau thème de prédilection, mais cette «nouvelle piété s’accorde mal avec sa réputation quelque peu hédoniste». Une «volte-face» en contradiction avec son image de président «plusieurs fois divorcé», ex «célibataire le plus convoité de France»}.

Et la liste est encore longue:
– Sarkozy veut que sa vie privée soit rendue publique pour rompre une soit disante “déplorable” tradition, mais refuse de confirmer les rumeurs de mariage.
– Sarkozy annonce la mort des 35 h puis déclare moins de “24 protest-punctuated hours” plus tard que le gouvernement n’a pas l’intention d’abolir la durée légale du travail.
– Sarkozy vente les économies faites grâce au jet privé de Vincent Bolloré mais omet de préciser que deux avions officiels l’ont tout de même escorté.

Pour conclure, le magazine se demande si Sarkozy ne serait finalement pas «un homme politique ordinaire» plutôt qu’un «intrépide briseur de tabous».

Un discours devant l’assemblée consultative d’Arabie Saoudite ponctué de plus d’une douzaine de références à Dieu «is a very un-French thing to do» commente le New York Times.

Et toujours Carla…

«Sarkozy, Sarkozy, pourquoi fais-tu le timide?» écrit le Washington Post qui ne manque pas de noter que Vérone est la ville de Roméo et Juliette, les amants tragiques. Ce qui n’est pas de bon augure pour les supposés jeunes mariés. «Comme Shakespeare aurait pu conclure, “Never was a story of more mystery, than this of Carla and her Sarkozy”».

Le New York Post conseille à Nicolas d’en profiter car son idylle risque de ne pas durer. Il «looks as happy as a Frenchman avec une assiette pleine de cuisses de grenouilles», mais il devrait se méfier de cette Carla qui confiait, il y a peu, ses tendances polygames au Figaro Madame. So «enjoy it for now, Nicolas!», d’autant que le New York Daily News rappelle que Carla a un «postèrieur inégalable» dixit Donald Trump.