Spring Lake, NJ.

Belle journée en prespective ! Départ de la maison à 8h45. Métro presque tout de suite, ce qui est rare sur la ligne C , vous savez, celle que l’on conseille à tous ses amis pour avoir une idée de la modernité du métro new yorkais …
Arrivée à Penn Station à 9h15, direction le distributeur de billets de la NJ Transit, destination Spring Lake, sur la côte Atlantique du New Jersey. Un café latte vite avalé au milieu d’une foule de gens pressés et me voilà installé dans le wagon de queue du train numéro 3231 quand … une bonne douzaine d’adolescentes déjà en tenue de plage, déboule avec fracas dans mon wagon. Cela dit, mea culpa. J’aurai jamais dû m’asseoir dans le dernier wagon. Vous avez remarqué, c‘est toujours dans celui-là que les groupes d’adolescentes décident de faire le voyage. Ou alors c’est moi qui suis parano ! Bref, au bout de vingt minutes, toujours un peu plongé dans un semi-brouillard dont ni le vacarme de la ligne C, ni le café latte à l’américaine n’ont réussi à dissiper (il faut dire que la veille, j’avais un peu fait la fête avec l’équipe de France A de rugby en tournée sur la côte est), je craque et décide de changer de voiture. Et là, et je n’invente rien, je vais avoir pendant tout le trajet, un grand poète en débardeur, ben oui il fait déjà chaud, qui va nous faire cadeau de l’ensemble de son répertoire de chansons d’amour, sans que les annonces automatiques de la dame qui dit de faire attention à la marche ne perturbent à aucun moment son récital. Un vrai bonheur, bienvenu dans les transports en commun !
Ceci mis à part, trajet sans histoire. Ni panne, ni retard. Arrivée à Spring Lake, dans le New Jersey, à 11h50 car le train s’arrête partout.
Alors commence la découverte d’une jolie petite ville avec comme première vision, après avoir franchi la voie ferrée, de vastes pelouses, au milieu un kiosque à musique tout blanc et de superbes villas entre des arbres au moins centenaires.
Deux mamies, comme moi tout juste descendues du train, me demandent la direction de la plage. Plan en main, je leur indique que l’océan doit être à dix minutes à pied. Le front de mer, c’est toute la richesse de Spring Lake. C’est pour lui que l’on vient ici. Deux miles de plage très propres et sans aucune clôture, pas de building disgracieux, un « boardwalk » parfaitement aménagé et sans aucune baraque à frites sur toute la longueur de la plage. Deux pavillons permettent de se restaurer ou de se rafraîchir car il est interdit d’emporter de la nourriture sur la plage. Pas de chiens non plus sur le sable. En clair, un très bel environnement balnéaire qui plaira à tous ceux qui fuient le béton, les zones commerciales et les papiers gras.
En retrait de la plage, Spring Lake est une petite ville d’environ 3500 habitants. Trois rues commerçantes et de splendides villas Victoriennes ou de style Victorien, des villas et encore des villas toutes plus belles et imposantes les unes que les autres. Pelouses, massifs de fleurs et rues remarquablement entretenues constituent un ensemble très qualitatif et charmant. De quoi justifier un marché immobilier de haut niveau.
Cela dit, il ne faut pas venir ici en espérant trouver une animation estivale débordante. Les restaurants sont peu nombreux, les bars encore plus rares. Il est évident que tout se passe dans les maisons et qu’on cherche ici à préserver le calme et la tranquillité. L’objet de votre séjour devra donc être la plage et surtout la plage. Pour plus de fun et une qualité environnementale identique, il faut aller un peu plus bas sur la côte du New Jersey, jusqu’à Cape May que nous avons présenté l’an dernier dans cette rubrique (voir les archives).
Néanmoins, il faut reconnaîre qu’il est très agréable de passer une journée ou deux au bord de l’océan dans un tel environnement. Visiblement, autorités locales et habitants ont conscience depuis des années qu’il convient de préserver cette qualité de vie. Tant mieux car la différence y est flagrante avec d’autres cités côtières.

Comment se rendre à Spring Lake ?
Par le train, nous l’avons dit, c’est deux heures de trajet au départ de Penn Station avec suffisamment de liaisons quotidiennes pour que ce soit facile. Comptez 31,50 $ l’aller-retour depuis Manhattan avec la NJ Transit. Changement à Long Branch puis quinze minutes de train local. Depuis la gare, on rejoint le front de mer ou les hébergements à pied sans problème.

Par la route, avec des conditions de circulation normales, le trajet sera plus court. Comptez 1h30 pour 105 kilomètres.
Au départ de New York, Garden State Parcway jusqu’à la sortie 98 puis route 34 south et enfin route 524 east jusqu’à Spring Lake.

Où dormir ?
Certains font l’aller-retour dans la journée. D’autres préfèrent rester sur place le temps, par exemple, d’un week-end.
Trois adresses fort recommandables :
– L’hôtel Spring Lake Inn : chambres très confortables et bien décorées.
www.springlakeinn.com
– Le Ashling Cottage : un Bed & Breakfast très sympa, joli et bien placé
www.ashlingcottage.com
– Le Normandy Inn : dans une vieille demeure historique, des chambres aménagées à l’ancienne
www.normandyinn.com

Où se restaurer ?
Une pizza, vite fait ? Dans la rue principale, la 3e avenue, la Spring Lake Pizzeria
Un vrai restaurant ? Le Black Trumpet sur Ocean Avenue
Un deli italien avant de prendre le train ? Chez Joseph, face à la gare

Que faire à Spring Lake ?
Plage, plage et toujours plage.
L’accès est payant. Daily Pass à 7$
Mais aussi balades à vélo dans les rues de la ville pour admirer les villas et sur le front de mer.

Un dernier conseil ?
Si vous souhaitez vraiment décompresser en séjournant à Spring Lake, laissez tomber la voiture. Tout peut se faire à pied ou à vélo.