Taoub, acrobaties marocaines

Le projet naît de la volonté de l’Institut Français de Tanger. Après avoir
découvert le travail d’Aurélien dans son Toulouse natal, l’Institut lui propose d’écrire un spectacle pour des acrobates marocains. Tout l’enjeux du projet étant de raccrocher l’acrobatie marocaine connue et reconnue dans le monde du cirque à la démarche de création d’Aurélien Bory, connu pour tisser des liens entre tous les arts. «L’acrobatie marocaine est reconnue dans le monde entier, elle est connue notamment pour l’utilisation des pyramides humaines où un porteur peut supporter beaucoup de voltigeurs. Il y a un très bon niveau d’acrobatie au Maroc, même s’il n’existe qu’une école seule de cirque. Les acrobates marocains sont donc comme une confrérie, les plus anciens enseignent aux plus jeunes».

Taoub (Photo Richard Haughton)

Une sélection a donc été organisée dans tout le Maroc pendant une quinzaine de jours avec la mise en place de workshops et d’ateliers. Alors que l’acrobatie est traditionnellement ancrée dans le Sud du Maroc, le coup de coeur a lieu à Tanger, sur la plage. « Les artistes marocains répètent sur les plages. Le sable est une matière interressante pour travailler, elle permet de bon appui et en cas de chute n’est pas trop dure».

Le spectacle naît en 2004, après moult allers-retours entre la France et le Maroc, où Aurélien tient à mettre en scène le spectacle: «Quand je crée pour des artistes, je crée sur place, avec eux dans un contexte». La création s’est faite ab nihilo, il s’agit d’inventer et d’élaborer le premier projet d’acrobatie contemporaine, de cirque moderne, au Maroc. Il décide alors de mêler dans le spectacle théâtre, danse, acrobatie traditionnelle, video et photo. Pour Taoub, les acrobates d’origine se sont retrouvés acteurs ou même chanteurs. «Ils chantent tous très bien, comme tous les marocains je pense ».

Taoub (Photo : Aglaé Bory)
Le tissu (“taoub” en arabe) s’ajoute alors à l’idée d’Aurélien: «Pour trois raisons principales, le Maroc est un pays où l’artisanat de l’étoffe, du tapis par exemple, est très important et très ancien. De plus au Maroc, ce qui m’a frappé c’est l’importance du tissu sociétal. Le tissu vient en métaphore du groupe. Enfin, le spectacle en lui même est le résultat d’un tissage, d’un ensemble entre la photo, la video,la chorégraphie, l’acrobatie et le chant ».

Taoub est le cinquième spectacle d’Aurélien Bory qui se produit à New York après : Plan B , Erection, IJK et les 7 planches de la Ruse, présenté en novembre dernier à la Brooklyn Academic Of Music. Les répresentations new-yorkaises viennent à la suite de nombreuses autres dans le monde entier. Le spectacle a été joué pour le moment plus de 250 fois.

Du 6 au 22 février.

The New Victory Theater

209 W. 42nd Street

Renseignements et réservations : ici

Tickets : $35, $25, $12.50

Lire aussi : Taoub