Le Texas, nouvel eldorado du vin

Des grands crus au Texas, qui l’eût cru ? Tempranillo, Syrah, Petit-Verdot, Chardonnay… Depuis une dizaine d’années, le vin texan se diversifie et les entreprises viticoles se multiplient. 

Alors qu’une centaine de caves étaient licenciées en 2010, 436 licences ont été enregistrées en 2017 selon les chiffres du ministère de l’Agriculture. “Le vrai boom du vin au Texas a commencé ces cinq dernières années. Avant, il y avait du vin, mais la montée en qualité est très récente”, explique Benjamin Calais. Le Français s’est lancé dans la viticulture en 2007 et a implanté son entreprise Calais Winery au cœur de la Texas Hill country. 

Située entre Austin, Dallas et San Antonio, cette région viticole est traversée par la Highway 290. Des kilomètres de plaines verdoyantes et des hectares de vignes bordent cette route tortueuse qui conduit jusqu’à Fredericksburg. Fondée par les Allemands au XIXe siècle, l’ancienne colonie est devenue l’une des villes les plus touristiques du Texas pour son histoire et depuis quelques années… son vin. Cinquante-trois établissements viticoles proposent des dégustations tout au long de l’année. Chaque jour, des bus sillonnent la route du vin avec, à bord, des touristes curieux et des amateurs de bons vins.

En 2017, l’industrie du vin a attiré 1,7 millions de personnes et a apporté pas moins de 13 milliards de dollars à l’économie de l’Etat. “Tout le monde est intéressé, c’est curieux et nouveau. En dehors du Texas, beaucoup de gens sont surpris de savoir qu’il y a du vin au Texas”, admet Benjamin Calais qui vend l’intégralité de son vin lors de dégustations. Chaque année, des dizaines de festivals honorent le vin texan dont le Grapefest Wine Tasting Festival. Organisé chaque année au début du mois de septembre à quelques kilomètres de Dallas, ce rendez-vous est le plus important de tout le sud-ouest américain. Certains sont devenus localement célèbres, comme le Gruene Music and Wine Festival, qui a lieu cette année du jeudi 4 au dimanche 7 octobre 2018.

Lors de ses débuts en 2007, Benjamin Calais était l’un des seuls à vouloir faire des vins de qualité. “Au Texas, il y avait déjà pas mal d’exploitants viticoles et de terres plantées. Pour des raisons bizarres, personne n’avait jamais cherché à faire du haut de gamme”, se souvient le producteur de vin. En quelques années, plusieurs professionnels se sont intéressés au climat semi-aride du Texas. “Contrairement à la Californie, les meilleurs terroirs sont à découvrir. Le Texas est un Etat plus gros que la France ! Ce n’est pas possible de ne pas trouver des terroirs très intéressants sur un territoire aussi énorme”, poursuit le jeune viticulteur.

Une qualité encore à démontrer 

Le Texas a pourtant encore quelques efforts à faire pour rivaliser avec le vin de Californie ou d’Oregon. Si les terres plantées ont été multipliées par quatre en l’espace de cinq ans, le Texas ne produit pas encore l’intégralité de son vin. “C’est encore le Far-West au niveau du viticole. Il n’y a pas de règles”, déclare Benjamin Calais. Selon la loi, le vin doit contenir au moins 75% de raisins issus du Texas pour pouvoir fièrement indiquer “vin texan” sur la bouteille. Les bons terroirs ne sont pas ceux qui sont les plus faciles à travailler et le Texas connaît des conditions extrêmes, qui poussent certains producteurs à acheter du vin californien. 

Selon Carl Money, la loi n’est pas assez stricte au Texas. Implanté à Fredericksburg, le propriétaire de Pontotoc Vineyard a été le premier à planter du Tempranillo dans les plaines du Texas, en 2005. Lorsqu’il évoque la qualité du vin, le Texan adopte un ton sec. “Je trouve cela trop facile d’acheter du vin californien, il faut que nos lois de fabrication soient plus strictes”, insiste cet avocat de formation. Carl Money est président de l’association Texas Wine Growers, dont l’objectif est de produire du vin uniquement issu de raisins texans.

Huit exploitants ont signé la charte, dont Calais Winery. “On va pouvoir faire du marketing ensemble, car il y a beaucoup d’exploitations de haute qualité”, annonce Benjamin Calais, optimiste pour l’avenir. Déguster des cépages de Bordelais au Texas n’est plus une surprise pour personne. Pour rivaliser avec les plus grands, les producteurs se tournent désormais vers la prochaine étape : la qualité de leur vin.