Thierry Henry prêté à Arsenal: “Rien de positif à cela”

Thierry Henry n’aura pas résisté longtemps aux charmes de la statue de bronze qu’Arsenal lui a dédié le mois dernier aux portes du Emirates Stadium. L’ex-international français, meilleur buteur des New York Red Bulls, a retrouvé son ancien club la semaine dernière, prêté jusqu’à la mi-février, avec possibilité d’extension jusqu’à la fin du mois. « Titi » doit porter main forte aux Gunners privés de leurs attaquants Marouane Chamakh et Gervinho pour cause de Coupe d’Afrique des Nations (CAN)

« J’ai toujours dit que je ne retournerai pas jouer en Europe. Mais c’est difficile pour moi quand il s’agit d’Arsenal, s’est justifié le Français dans un communiqué pour expliquer son retournement de maillot. Je ne viens pas pour la saison entière. Je reviendrai et j’ai envie de gagner la MLS Cup avec les Red Bulls. J’espère que ce sera une situation ‘gagnant-gagnant’ dans laquelle je peux aider Arsenal et revenir en forme pour la saison de MLS. »

L’opération a été officialisée début janvier, le temps pour les deux clubs de régler les modalités du prêt. Le club new-yorkais s’inquiétait notamment de ne pas voir « Titi » rentrer à temps pour disputer les trois matchs de pré-saison qui se dérouleront à partir du 22 février à Tucson (AZ). Le club est resté vague sur la présence ou non du numéro 14 sur la feuille de match pour ces rencontres. Il sera en tout cas de retour pour le match d’ouverture de la saison de Major League Soccer (MLS) le 11 mars prochain contre Dallas.

« La mid-life crisis de l’athlète »

Les supporters interrogés par French Morning ne voient pas tous cette absence temporaire d’un bon oeil. « Je ne vois rien de positif à cela, rien de positif. Nous prions pour qu’il ne se blesse pas », confie Tim Hall, membre du conseil d’administration de l’Empire Supporters Club, un club de supporters des Red Bulls, après avoir vu, lundi, le match de FA Cup britannique contre Leeds United au cours duquel l’attaquant a marqué un but. « Il est atteint par la mid-life crisis de l’athlète : il se souvient de ses jours dorés, il veut être un héros une nouvelle fois… Nous avons besoin d’un Thierry Henry en forme ».

« C’est un bonne chose… s’il revient », souligne Nuno Rodrigues, président du club de supporters Garden State Supporters, plus optimiste : « Quel aurait été son rôle au camp d’entraînement de pré-saison ? C’est mieux pour le club qu’il retrouve un niveau de jeu compétitif et qu’il revienne avec les jambes en feu ! »

Les jambes en feu ? Henry ne se fait guère d’illusions : l’ex-Gunner pense qu’il sera davantage sur le banc des remplaçants que sur la pelouse. « Je serai sur le banc la plupart du temps. Nous le savons tous. Je ne suis pas assez bête pour penser que je vais commencer, a-t-il déclaré dans une vidéo postée sur le site des Red Bulls (voir ci-dessous). Le boss a son équipe. Comme je l’ai dit, c’est un processus d’aide. »