Thomas Pesquet: “Les jeunes auront la responsabilité de sauver notre Terre”

De gauche à droite: Thomas Pesquet, Laetitia Garriott de Cayeux, Jeff Kluger, Ed Zimmerman

Il a beau avoir passé six mois dans l’espace, Thomas Pesquet a aujourd’hui bien les pieds sur terre. Pédagogue et désireux de partager son expérience, le spationaute français s’est prêté au bain de foule et aux séances de selfies, jeudi 14 décembre, lors de TechFest, rendez-vous d’entrepreneurs français organisé par le consulat de France à New York et La French Tech New York.

Il participait à une discussion au consulat avec “l’entrepreneuse de l’espace” Laetitia Garriott de Cayeux et Jeff Kluger, auteur d’un livre sur Apollo 13.

Depuis son retour sur Terre le 2 juin, après un séjour de six mois dans la Station spatiale internationale (ISS), le Français s’est investi dans la défense de l’environnement. “Le fait de voir la Terre en entier, d’avoir cet incroyable recul, m’a permis de me rendre compte combien elle est fragile, a-t-il expliqué. Tous mes collègues avant moi étaient revenus plus soucieux de l’environnement, mais il faut le voir de là-haut pour comprendre à quel point nous sommes en danger“.

Au cours de son séjour, Thomas Pesquet a pris un nombre incalculable de photos de la planète, et sur certains clichés la fonte des glaces est apparente. La pollution des rivières, la déforestation aussi. Le Français cherche aujourd’hui à interpeller les chefs d’Etat et de gouvernement. Il a d’ailleurs participé à la conférence internationale sur le climat Cop 23 à Bonn en novembre. Interrogé sur la politique de Donald Trump et les reculs dans la lutte contre le réchauffement climatique, Thomas Pesquet reste optimiste: “C’est d’abord l’opinion publique qui compte. Si l’opinion publique prend conscience de ce qui se passe, les dirigeants politiques vont suivre. Aujourd’hui, je m’adresse surtout aux jeunes, c’est eux qui auront la responsabilité de sauver notre Terre“.

Thomas Pesquet salue toutefois la “Space Policy Directive” signée par Donald Trump le 11 décembre et qui prévoit de nouvelles missions sur la Lune. “Il s’agit d’une des plus grandes aventures spatiales“, a commenté le Français, qui ne cache pas son envie d’un jour participer à une telle mission.