Trini in Private, à un cheveu du luxe

L’histoire débute de manière banale. Il y a huit ans, Trini et Richard Wagner quittaient Paris pour Miami et offrir à leurs filles un cadre de vie meilleur. Richard s’occupe alors du développement aux États Unis d’une grande enseigne de coiffure française. De son côté, Trini, remarquée très jeune par les grands noms de la profession, coiffe, créé et forme au gré des saisons et des besoins. Seulement voilà, en 2006, tout s’arrête. La stratégie du groupe a changé. Et la question qui se pose est celle que nous croisons tous un jour ici : rentrer ou se lancer ? Les Wagner ont plus d’un tour dans leur sac et décident de créer leur propre entreprise « Trini In Private ». Sans l’ombre d’une hésitation, ils vendent maisons et biens en France et se mettent à la tâche. «Les États Unis nous offraient un marché plus grand que nos rêves !» résume Richard, l’homme de l’ombre, sans qui la lumière ne serait … jamais venue.

French Morning : Impossible de faire un pas dans Miami sans voir « Trini in Private ». D’ou vient ce nom étrange ?
Richard Wagner : L’idée est simple. Trini a une passion et un talent extraordinaires pour la coiffure et moi, vingt ans de développement de salons. C’est une association de talents et d’envie. Nous avons décidé de mettre le luxe à portée de tous et notre credo est devenu : mettre ces savoir-faire bien français, au service de l’élégance et de l’excellence que nos clientes et partenaires recherchent.

FM : Mais qu’apportez-vous de plus à vos clients ?
RW : Un cadre exceptionnel. Un espace pensé pour que chaque client(e) se sente choyé(e) « in private » par son coiffeur. Chaque poste de travail est séparé des autres par des voiles translucides qui sont une invitation au voyage, à la détente. Ils permettent de s’isoler et de ne pas être vu quant, par exemple, on est en plein milieu d’une coloration et pas forcément au mieux de sa beauté ! Nous exigeons de notre équipe un service irréprochable que nous agrémentons de délicates attentions: boissons chaudes, chocolats, massage des mains, roses fraîchement coupées ….

FM : Trini, fut nommée en 2009, ambassadrice de l’Oréal aux Etats-Unis. Etonnant, non ?
RW : Nous travaillons tous très dur pour mériter cette confiance et faire de nos salons et de ceux de nos franchisés des modèles. Et si le point de départ est le salon de beauté haut de gamme, nous ne cessons d’avancer : centre de formation avec la « L’Oréal National Academy », formant au savoir-faire français en quatre langues (anglais, français, espagnol et portuguais), organisateurs d’événements, éditeur, avec le magazine de Trini, “Secrets”.

FM : Prochaine étape ?
RW : Nous venons de lancer « Eau de Trini », qui parfume délicatement le cheveu sans altérer l’odeur de la peau. C’est la touche manquante sur la chaîne de la beauté féminine. Nous en sommes très fier, aucun coiffeur au monde n’avait pensé à créer ce produit. Il est né avec nous à Miami. Ses débuts sont… prometteurs !

Davantage d’infos: http://www.triniinprivate.com