Trois héroïnes dramatiques revisitées

Le ténor américain John Duykers, qui a créé de nombreux rôles dans des opéras de Philip Glass et John Adams sera la star de cette soirée dédiée à trois oeuvres très riches.

Schéhérazade, Op. 35, est une suite symphonique composée par Nikolai Rimsky-Korsakov en 1888. Ses quatre mouvements sont basés sur le livre des Mille et une nuits. Schéhérazade est considérée comme l’œuvre la plus populaire du compositeur. Il écrivit à son sujet : « Le Sultan  Schariar convaincu que toutes les femmes sont fausses et infidèles, fit le serment de mettre à mort toutes ses femmes à l’issue de la nuit de noce.  Schéhérazade, elle, sauva sa vie en lui contant de fascinantes histoires durant mille et une nuits. Le Sultan, dévoré de curiosité, repoussait sans cesse de jour en jour son exécution, et finalement décida de renoncer à son sanglant serment.”

Le Mandarin Miraculeux est une pantomime en un seul acte, composée par Béla Bartók entre 1918 et 1924 qui causa un scandale lors de la première en Allemagne et fut  interdite. Elle est depuis présentée en version concert. Après une introduction orchestrale décrivant le chaos de la grande ville, l’action se transpose dans une vitrine derrière laquelle deux malandrins obligent une jeune femme à s’exhiber  pour séduire  les passants afin de les dépouiller de leurs biens. L’histoire finira mal bien sûr, mais la musique de Béla Bartók décrit parfaitement le sexe et la violence du scénario écrit par Michael Lengyel.

Xénia L‘un des grands mystères de la Rome antique : pourquoi Ovide, le plus grand poète de son temps, fut brusquement exilé sur la Mer Noire ? Ovide lors d’un voyage au bord de la Mer Noire, nostalgique de Rome, se demande si son œuvre restera dans l’histoire. Il rencontre Xénia qui, elle seule, connait  la réponse. Sa rencontre avec cette jeune femme et leur passion  serait-elle  à l’origine de son exil ? Xénia lui révélera-t- elle ce qu’elle sait? Le compositeur Thomas Sleeper vient de mettre en musique ce cycle de lieder d’après la nouvelle de Jane Allison The Love Artist.

Entrée gratuite

Plus d’infos, cliquez ICI