Un « Huis clos » à l’Américaine

Contrairement aux personnages de la pièce de J.P Sartre, les cinq personnages de Raised in captivity n’y sont pas encore mais c’est tout comme. Chacun d’eux se retrouve en pleine crise, et exacerbé par la crise existentielle des autres. Le tout sur un mode de comédie de boulevard, mais grinçante.

Explications : Bernadette (Catherine Amadeo) et Sébastian (John Manzelli) se retrouvent au cimetière pour enterrer leur mère. Ils sont jumeaux , ne se sont pas vu depuis des années. Elle est avec son mari Kip (Clint Hooper), dentiste de son état, Sébastian lui, n’a plus personne dans sa vie « …même pas lui-même ». Il entretien une relation épistolaire avec un condamné a mort (Lorenzo Gutierrez) et veut arrêter de voir sa psychiatre (Barbara Sloan). Cette dernière s’accroche à lui, elle l’aime et n’a plus de patient tellement elle est mauvaise. Le dentiste veut devenir peintre, Bernadette veut devenir alcoolique en plus d’être hystérique. Le condamné a mort est en pleine rédemption.

La mise en scène est fluide malgré les multiples lieux de l’action et les acteurs remarquables de justesse et d’humour. Vous allez rire, vous allez vous poser des questions. Comme les personnages, vous êtes certainement le résultat de votre environnement familial, comme eux vous avez été ou vous serez à un carrefour. Sauf que votre mère, elle,  n’est pas morte à la suite d’un accident provoqué par la pomme de douche….On ne s’ennuie pas une seconde pendant 2 heures avec 10 minutes d’entracte.

Jusqu’au 16 Mai

New Theatre,  4120 Laguna Street
Coral Gables, Florida 33146

Tel 305 443-5909,

box office    www.new-theatre.org
JBR  24.4.2010