Underworld 3 : Rise of A Frenchie

 «45 millions de dollars!», Underword Rise Of The Lycans, troisième volume de la saga de science fiction du même nom, est le blockbuster du mois de février. Campagne de promotion massive et exportation l’internationale à la clefs. Aux manettes, un Français : Patrick Tatopoulos.

Underworld premier du nom avait remporté un beau succès. Réactualisant le vieux thème des vampires, le film sorti en 2003 surfait habilement sur l’esthétique Matrix et la plastique de Kate Beckinstale. Underworld 2 : Evolution, avait moins séduit en salles, malgré un budget plus important, certains reprochaient un scénario faiblart.
Prendre en main le projet du troisième volume était donc pour le moins risqué. «Surtout que nous savions dès le départ que nous n’aurions pas Kate. Elle ne voulait pas rester enfermée dans ce rôle de vampiresse. De plus la tonalité du film n’est plus la même, j’ai essayé de réaliser un film d’époque, donc pas de révolvers ou d’armes à feu. Il a fallu donc oublier tout le côté underground et urbain tout en insufflant un côté moderne dans un film de période. Je voulais amener quelque chose de nouveau, de plus “rough”, plus qu’un simple numéro trois ».

Patrick Tatopoulos et Len Wiseman  © Screen Gems Inc.
Patrick Tatopoulos s’est vu confier le troisième volume par la père de la saga : Len Wiseman. « Nous nous sommes rencontrés à l’époque sur Stargate, la Porte des Etoiles [Patrick y a conçu tous les décors et les costumes] » En 2007, la Fox confie à Len Wiseman la relance de la saga des Die Hard avec Bruce Willis, Die Hard 4 Retour En Enfer, et demande à Patrick de travailler sur les décors. «C’est à ce moment là qu’une amitié est née entre nous, basé sur du respect mutuel, et qu’il m’a donc offert le film».

Le «bébé de Len» n’était pas dans n’importe quelle main. Etudiant à l’Ecole des Arts Appliqués, aux Beaux Arts et à l’Ecole des Arts décoratifs de Paris, Tatapoulos a été responsable des effets spéciaux
Bill Nighy,  Victor et Patrick Tatopoulos © Screen Gems Inc.
sur Independence Day et Godzilla, dans lequel il prête son nom au héros interprété par Matthew Broderick. Il fonde aussi sa propre société d’effets spéciaux: les Tatopoulos Studios en 1996. En 1999, il dirige la création de la petite souris Stuart Little. Il est directeur artistique dans I, Robot , et continue dans la saga du criminel intergalactique Riddick dépeint par David Twohy dans les films Pitch Black et Les Chroniques de Riddick. Il se chargera en 2007 des effets spéciaux de Je suis une légende de Francis Lawrence et du troisième Resident Evil .

Underworld 3 est une “prequel”, soit en langage science fiction, une suite mais dont l’histoire se situe chronologiquement avant les films précédents. « C’était une volonté de la part de Len, quelque chose qu’il jugeait comme nécéssaire dans la saga. Créer un Underworld qui existait complètement, une genèse ». Le film reprends ainsi les racines de la guerre qui oppose les loups garous et les vampires. Tout débute quand la fille de Victor, dirige les deux communautés d’une main de fer et a réduit les Lycans en escavage, s’éprends d’un Lycan.

Il a fallu choisir une nouvelle actrice principale. Pas facile de se glisser dans la combinaison de Kate Beckinstale! « Le choix de Rhonda Mitra a très vite été clair, au delà de la ressemblance physique et psychologique, elle apporte de la brutalité plus appropriée à ce film ».

Rhona Mitra © Screen Gems Inc.

Loin de ses premiers amours du décor et des effets spéciaux, Patrick Tatopoulos dit avoir signé un film en toute liberté. «Len s’est impliqué, mais sans être assis derrière moi. Le film s’est fait dans une confiance mutuelle. Les studios ont aussi été très ouverts, même dans la découpe du film. » Ces mêmes majors semblent lui avoir renouvelé leur confiance puisqu’il s’envole bientôt en Nouvelle Zélande pour tourner un nouveau film, un projet personnel, toujours film de genre, dont le script reste un secret.