Une histoire de tradition

Greenwich, son musée des arts et sciences, ses espaces verts et sa célébration du Bastille Day.
Demain 14 juillet, cette ville de 60 000 âmes célèbrera très officiellement la fête nationale française. Greenwich se distingue pourtant des autres manifestations prévues dans le pays. Les autorités locales américaines sont en effet partie prenante. La délégation française composée, entre autres, de la Consule adjointe est accompagnée d’un officiel américain avec Penny Monahan, adjointe au maire de la ville. Une cérémonie trés institutionnalisée est prévue face à la mairie : « Je vais lire une proclamation pour commémorer le Bastille Day puis lever le drapeau Français » explique l’adjointe au maire. La mécanique semble bien rodée, pourtant les esprits deviennent plus perpexples quant aux origines de ce cérémonial.
Cérémonie 2006 du Bastille Day
Etrangement, ni la mairie de Greenwich, ni l’alliance française de la ville n’ont un souvenir précis. Tous se tournent vers Serge Gabriel, ancien Colonel français à la retraite, habitant Greenwich depuis de nombreuses années. “Cette célébration a débuté à la fin des années 90 à l’initiative de l’alliance française de la ville” affirme t-il. Véritable mémoire vivante de la région, Serge Gabriel a repris l’organisation du Bastille day depuis 10 ans: ” j’avais envie de propager la culture française et de montrer que la France existait” explique t-il.
Seule ombre au tableau, la faible fréquentation de la cérémonie: « Nous ne réunissons qu’une cinquentaine de personnes, généralement des habitués” constate le Colonel en retraite. “C’est dommage car Greenwich héberge plusieurs milliers de Français” ajoute t-il.
Bémol vite atténué cependant, lorsque l’on sait que la cérémonie a lieu un samedi à 8h30. Aprés tout, comme le souffle le Consulat, y a t-il foule plus importante en France pour ce genre de cérémonie protocolaire?

Bastille Day.
Début de la cérémonie à 8h30 puis petit déjeuner au Méli-Mélo à 9h