Villepin et Gaultier triomphent, Sarko et Nikos échouent

Cette semaine, la décision d’interdire le port de la burqa en France fait encore beaucoup de bruit dans la presse américaine. « Les talibans auraient applaudi » titre l’éditorial du New York Times. Pour le quotidien, interdire le port de la burqa est une violation des libertés individuelles et devrait être condamné par le reste du monde. « Il est facile de voir que les droits de la femme sont violés quand un gouvernement a besoin d’envelopper son corps et son visage dans un voile opaque. Il devrait être tout aussi facile de voir la violation quand une commission parlementaire française recommande d’interdire aux femmes qui portent de tels voiles d’utiliser les services publics» commente l’éditorialiste. L’article met également l’accent sur l’intérêt stratégique de cette affaire pour Nicolas Sarkozy et l’UMP, car avec des élections régionales prévues pour mars,  cette affaire pourrait détourner l’attention du taux de chômage et permettre de récupérer les voix du Front National.

Autre affaire délicate pour notre Président, le verdict de « l’affaire Clearstream » a également enflammé la presse outre-Atlantique. Il s’agit d’un « revers politique significatif » qui pourrait annoncer une division de la droite et remettre en cause la réélection évidente de Nicolas Sarkozy selon le New York Times. Le Wall Street Journal commence d’ailleurs la comparaison entre les deux rivaux en décrivant Dominique de Villepin comme un homme plus intellectuel et plus huppé que le très « bling-bling » Nicolas Sarkozy.

Avant d’arriver à New York la semaine prochaine, la Fashion Week s’est achevée la semaine dernière à Paris. Pour le New York Times, le couturier français Jean-Paul Gaultier a « atteint le sommet » de la haute couture et sa collection, inspirée du film Avatar, est un « magnifique mélange d’imagination et d’habileté ». Pour ABC News, l’industrie de la mode a cependant été visiblement touchée par la crise économique et les nouveaux arrivants de la Fashion Week ont par conséquent du mal à suivre derrière les grands noms comme Dior ou Cacharel.

Les NRJ Music Awards perdent chaque année des téléspectateurs, et pour couronner le tout, la presse américaine ne manque pas de remettre en cause le sérieux de la cérémonie suite à l’erreur lors de la remise du prix du meilleur groupe international. Le chorégraphe Kamel Ouali remet en effet le prix aux Black Eyed Peas alors que le vainqueur était en réalité le groupe allemand Tokyo Hotel. Le NY Daily news note qu’il ne s’agit pas de la première «erreur embarrassante» de ce type pour les NRJ Music awards, l’année dernière c’est Katy Perry et Rihanna qui en avaient fait les frais, alors que « ce qui semblait être le présentateur » (Nikos Alagias) tentait de se justifier: « ça arrive ! ».