Zipcar… et les autres

Une voiture à Manhattan ? Et pourquoi pas un yacht dans le Sahara. Non, non et non : notre île préférée est un cauchemar d’automobiliste. A moins que vous aimiez payer 300 dollars de parking par mois, des PV pour stationnement illégal à la moindre infraction à une règle dictée par des panneaux incompréhensibles ou encore jouer au stock car avec des chauffeurs de taxi formés dans les faubourgs de Karachi, n’y pensez même pas.
Mais puisqu’il faut bien, tout de même, de temps en temps franchir ponts et tunnels pour aller prendre l’air de la mer ou voir les feuilles tomber dans les Catskills (ou faire une descente chez Ikéa), viendra forcément le temps de louer une voiture. Tous les grands loueurs sont abondamment représentés à New York évidemment. Et tous y pratiquent des prix très nettement supérieurs à ceux du reste du pays. Une solution, qui ne vaut que pour les locations d’au moins une semaine, est d’aller hors de Manhattan, notamment dans le New Jersey, pour louer son bolide.
Mais il y a mieux. Il y a Zipcar. Le principe : un abonnement vous donne droit à disposer d’une voiture pour deux heures ou (de 8,5 dollars de l’heure à 12,5 dollars de l’heure), que vous trouverez dans un parking près de chez vous. A priori, le concept ressemble au cauchemar de tout Américain qui se respecte : partager sa voiture ! Mais ici c’est New York, et le « car sharing » est à la mode. Fondée en 2000 par Robin Chase, un diplômé du MIT (Massachusetts Institute of Technology) inspiré par des expériences pionnières européennes, Zipcar est maintenant présente dans une dizaine de villes américaines.
Le prix est imbattable (il comprend carburant et assurance), très pratique (on réserve sur internet et on prend la voiture pré stationnée dans des dizaines de parkings à travers la ville. Seule contrainte : s’inscrire à l’avance pour recevoir la carte Zipcar. Il faut pour cela ne pas avoir eu plus de deux « incidents » (accident ou PV) dans les 3 ans. Si vous avez un permis américain, dans la plupart des cas, la société fera la vérification pour vous. Si vous avez encore un permis français (rappel : en principe, il est obligatoire de disposer d’un permis de l’Etat de New York si vous y résidez depuis plus de 3 mois), il faudra demander un extrait de casier judiciaire. C’est possible par internet depuis peu. Le site de Zipcar http://www.zipcar.com/apply/foreign-drivers vous indique la marche à suivre. Vous recevrez rapidement le document posté gracieusement par l’administration française.

Où louer ?
Outre les marques connues (Avis, Hertz, National, Enterprise, Dollar, Alamo, Thriffty et donc, Zipcar www.zipcar.com), le site internet Orbitz permet de disposer de comparaisons tarifaires entre chacun d’entre eux.
Pour un Hummer ou une Porsche : Action Car rental.

Le moins cher : Liberty Car rental. Dans l’East village, l’un des loueurs les moins chers de NY, mais ça se sait. Réserver –très- longtemps à l’avance.

Tuyaux
1.Réserver : la plupart des week-ends d’été sont sold-out longtemps à l’avance. Une astuce : réserver systématiquement à l’avance avant de connaître vos projets. Les grands loueurs ne demandent aucun acompte à la réservation et acceptent les annulations sans pénalités.
2. Attention aux « upgrades » : au comptoir on vous proposera presque toujours de monter en gamme pour « quelques dollars ». Cela finit toujours par être plus que « quelques » dollars et surtout, si la catégorie que vous aviez réservée n’est plus disponible, le loueur a l’obligation de vous donner une catégorie supérieure pour le même prix.
3. Retour : il faut que la station soit ouverte pour pouvoir rendre la voiture. Chez Avis et Hertz, une voiture louée à Manhattan peut être rendue dans n’importe quelle station de Manhattan. Plusieurs sont ouvertes 24h/24.
4. Assurances : vous pouvez ne pas la prendre mais assurez-vous qu’un de vos contrats (carte de crédit, assurance maison, celle de votre propre voiture,etc.) vous couvre correctement pour la location.